L’hydrogène vert pour la mobilité lourde : Une bouffée d’air frais !

Décarboner l’industrie du transport lourd et du transport intensif

L’étude sur le potentiel de la filière de l’hydrogène au Québec dans la transition énergétique commandée par Transition Énergétique Québec (TEQ) en 2020, affirme que le transport au Québec représente la plus grande part des émissions de CO2 avec 43% équivalent à 34 MT/an. Pour la moitié, elles proviennent du transport intensif. 

Ci-dessous, des ordres de grandeur en termes d’émission de CO2 pour les taxis, autobus hybride et Camion de Classe 8 : 

  • Taxi : 14 T/an 
  • Autobus hybride : 63 T/an
  • Camion de classe 8 : 100 T/an 

Si l’on veut décarboner la mobilité lourde, force est de constater l’inadaptation de l’électrification par batteries. En effet, étant donné leur poids mort (réduisant d’autant la charge utile), leur autonomie limitée, le temps de recharge (donc d’immobilisation) conséquent, les batteries seules ne sont pas pertinentes.  

En revanche, la pile à combustible, dont les conditions d’utilisation (autonomie, temps de recharge) sont similaires, offre une réelle alternative au moteur thermique ; particulièrement pour la mobilité lourde sur longues distances. 

Camions à Hydrogène, l’émergence 

Les essais des constructeurs de camions à hydrogène démontrent en tout cas l’intérêt du secteur du transport lourd pour ce modèle prometteur. 

En 2020, la marque coréenne Hyundai a loué à des transporteurs suisses sept modèles ‘XCient Fuel Cell’, des 36 tonnes capables de parcourir 400 kilomètres à pleine charge, grâce à des réservoirs pouvant stocker jusqu’à 32 kilos d’hydrogène. Après avoir sorti, son modèle Mirai en 2019, Toyota développe en collaboration avec Hino un poids lourd à l’hydrogène pour le marché nord-américain et un second pour le marché japonais. Malgré les turbulences qu’elle a pu connaître au sein de son comité de direction, la startup américaine Nikola continue quant à elle ses essais pour la commercialisation de poids lourds à hydrogène pour 2022. 

Comme l’explique le Professeur A. Tanguy de l’université de Polytechnique à Montréal, ‘Décarboner 10% du camionnage lourd au Québec (8600 camions) demanderait 90 kT/an d’hydrogène vert’. Aussi, l’expérimentation d’un projet-pilote de 10MW (1420T/an de H2) fournira l’énergie suffisante à faire fonctionner une flotte de 142 camions, l’équivalent de 5,61 ML/an de diesel. En somme, 14,8 kT/an de CO2 évités. 

Ci-dessous, les impacts pour un projet pilote de 10MW et les kT de CO2 évités. 

Source : Potentiel d’une filière hydrogène au Québec. Philippe A. Tanguy, Polytechnique Montréal 
https://transitionenergetique.gouv.qc.ca/expertises/hydrogene

Les camions ouvrent la route ! 

Le secteur du camion à hydrogène a le vent en poupe et pourrait bien ouvrir la voie au déploiement de l’infrastructure de recharge en hydrogène. Si ce modèle de transport annonce une révolution de son usage de consommation énergétique, il reste un défi de taille, à savoir le déploiement du réseau d’alimentation. Pour cela, le camionnage représente une opportunité à son émergence, grâce à plusieurs facteurs liés à son fonctionnement intrinsèque. La prévisibilité de son usage d’abord, puisque les itinéraires réguliers permettant de calculer à l’avance où et quand faire le plein en hydrogène. La possibilité, ensuite, de déployer des bornes de recharges publiques et aussi privées. 

Par exemple, l’installation d’une borne aux entrepôts permet aux transporteurs de jouir d’une source d’hydrogène vert à portée de main. Elle sera précieuse pour l’alimentation des camions de transports.

Hydrolux, producteur, distributeur et partenaire du déploiement dréseau d’hydrogène vert

Hydrolux agit comme partenaire du déploiement de ce réseau puisque nous proposons d’accompagner les entreprises dans l’intégration de l’hydrogène vert à travers ses activités de transport. De l’installation de bornes de recharges en passant par la distribution d’hydrogène vert, nous offrons la possibilité de mettre en place ce changement de mode opératoire. L’intelligence artificielle développée par Hydrolux permettra d’optimiser la demande en hydrogène vert face aux défis de stockage et de distribution, afin de ravitailler au mieux les flottes de transport. 

Nous répondons aussi à un autre enjeu de taille : la production d’hydrogène vert, dit bas carbone. Notre modèle de production décentralisée par électrolyse de l’eau offre de l’hydrogène vert à coût raisonnable destiné au transport. Notre objectif est autant de le rendre disponible dans des zones achalandées que celles plus reculées du Québec.  

Une solution stockable et transportable qui devient un véritable concurrent aux énergies fossiles et à prix compétitif.

Sources :  

  1. Transition Énergétique Québec.  
    https://transitionenergetique.gouv.qc.ca/expertises/hydrogene 
  1. Le Point. L’hydrogène oui, mais pour les poids lourds 
    https://www.lepoint.fr/automobile/innovations/l-hydrogene-oui-mais-pour-les-poids-lourds-08-10-2020-2395433_652.php 

Similar Posts